Franges aéroportuaires

Publié le par A_A




L’aéroport de Blagnac et la zone économique qui l’entoure font partie d’une couronne économique qui tendra à se développer dans les années à venir : Airbus, Aerospatiale, Canceropole, Météo France. 
Toulouse est une ville de l’espace. Métropole européenne de l’industrie aéronautique, c’est aussi le centre de l’Aerospace Valley, un territoire regroupant les industries aéronautiques situées dans les régions Midi-Pyrénées et Aquitaine. Cette expansion s’accompagne d’une urbanisation croissante. Toulouse apparaît comme un pôle de croissance majeur en Europe. La population des communes périphériques à l’aéroport est en constante augmentation.
L’agglomération toulousaine et son territoire voient ainsi apparaître de nouveaux enjeux dans le domaine de la mobilité et notamment la nécessité de créer un transport suburbain (à l’image de Munich) qui permettrait de réduire l'engorgement du centre ville.
L’arrivée prochaine de la ligne de TGV entraîne aussi un questionnement sur la position que celle-ci doit occuper et sur son rapport à l’aéroport : deux modes de transport qui se développent de façon croissante.
La mise en place d’un réseau rapide de type « SBan » est la solution adoptée dans ce scénario de projet. Chaque pôle de la nouvelle couronne économique est relié aux autres par cette voie rapide qui passe également par la gare TGV. Celle-ci serait alors localisée plutôt vers le centre ville et la gare Matabiau. Ce type de transport permettra une desserte rapide des différents pôles économiques mais aussi la création d'un nouveau lien avec les villes suburbaines
La zone aéroportuaire, constituée essentiellement par l’industrie Airbus apparaitrait alors dans ce scénario comme une frange entre la ville et le vide créé par les pistes de l’aéroport : c’est la spécificité de l’aéroport de Toulouse. Situé dans la ville même, ces franges qui l’entourent et le caractérise, peuvent être assimilées à un nouveau centre urbain ou encore un nouveau cercle urbain.
Quelle urbanité peut-on imaginer pour ces vides et cette zone industrielle? Peut-on donner une qualité et identité urbaine à ce nouveau type de franges « subaeroportuaires » ?
Dans ce projet, la zone est vue comme un parc : une ville-parc qui accueillent tous les éléments qui fabriquent la ville. Ce parc est découpé en séquence différenciées. C’est un zonage programmatique pour une mixité des usagers : le voyageur, le travailleur et l’habitant. Il s’organise autour de plusieurs thématiques : - l‘industrie - l’hôtellerie / service à la personne / relaxation - les loisirs - la culture - le domaine tertiaire - les mobilités : voiture, piétons, tramway...
Jérôme Iribaren 


Commenter cet article