Disfunzioni

Publié le par A_A




L'aéroport est décrit dans ses dimensions d'espace lisible dans lequel le déroulement des actions humaines doit se référer à des indications lisibles et intelligibles indépendamment d'une langue particulière. Le foisonnement signalétique (logo, pictogrammes…) est ici repéré et restitué dans un travail en bi-écran qui démontre la disjonction entre action indiviuelle et prescription collective. Des conflits entre les deux registres sont alors pointés par le film lorsque l'action réelle ne peut de référer à la prescription informationnelle (disfonctionnement des systèmes signalétiques). Basculement dans le registre burlesque des espaces contraints (référence Jacques Tati).


Publié dans workshop CAG

Commenter cet article