Open your Eyes

Publié le par A_A




Vos mains sont sur le garde corps métallique, il est votre fixe dans ce paysage.

L’étendue panoramique devant vous, est une sorte de mer grise compact et solide. Au milieu de cette plaque, une exception a difficilement fait sa place, une fine forme végétale à la couleur blanche. 

Un camion passe sur cette petite fleur avec ses roues crampées et roule en suivant une ligne blanche continue qui est son chemin à suivre.

Il croise un bus et partage son chemin à suivre. Dans ce bus il y a des gens qui regardent à travers la vitre et fixent un avion à hélices au bout des pistes. Leurs yeux sont pétillants, leur bouche grande ouverte.

Soudain un avion, de trois fois sa taille, lui passe devant et suit un petit homme vêtu d’un gilet orange et d’un gros casque sur les oreilles. Il agite ses bras, un coup à droite, deux coups en arrière. Un coup à droite, deux coups en arrière. Un coup à droite, deux coups en arrière. Il est imposant et lourd et pourtant il suit tranquillement son petit guide orange qui l’amène à rejoindre d’autres avions à l’arrêt. Ces grosses machines se blottissent sous la jupe du bâtiment de l’aréogare.

Le bâtiment est très long, d’une ambiance métallique et blanche, il est aussi compact que ce sol tatoué de lignes rouges, jaunes, bleues et de ses chiffres associés. Il rassure et protège des intempéries que pourrait connaître cette mer grise. Au cas où, l’homme a positionné tout les 20 mètres des poteaux métalliques, source de lumière . ils sont les repères dans la pénombres pour la route des airs.

A toute heure de le journée, de la semaine, de l’année, le fond sonore assourdissant et continu se répète et annonce une activité constante.

Au loin , on aperçoit des formes de vie, des bâtiments qui ne sont pas blancs, des grillages qui annoncent un nouveau paysage.

Un avion passe devant vous, il est assourdissant, il accélère, il décolle.

Publié dans workshop MUC

Commenter cet article