La ville – aéroport

Publié le par A_A

A_ L’aéroport comme ville

Avec la densification et la transformation des aéroports en plaque tournante, les voyageurs qui s’y croisent massivement, sont transformés en consommateurs potentiels qui doivent utiliser leur pouvoir d’achat autant que possible, aussi rapidement que possible. En effet, aujourd’hui, les sociétés aéroportuaires font plus de profit avec la consommation qu’avec le transport de passagers.

Cette stratégie d’absorption peut aller jusqu’à un séjour « forcé » lors d’une demi-journée de transit si l’on attend par exemple un vol de correspondance pour Dubaï. Pendant ce temps, on est amené à consommer dans des centres commerciaux et le monde de la restauration.

Cette évolution a pour résultat que les aéroports s’enrichissent de fonctions urbaines telles que l’achat, loisirs et prestations de service, des fonctions qui attirent également les habitants des alentours. Toutefois, le trafic aéroportuaire peut avoir pour effet d’isoler la ville-aéroport de son environnement proche, elle peut être coupée de toute relation avec l’extérieur et au mieux, se développer comme « Shopping Mall », repliée sur elle-même et surveillée en permanence où les possibilités de mouvements sont limités.

B_ La ville comme société spatiale avec son environnement

Aujourd’hui, dans la périphérie de ces grands hubs, une multitude de fonctions qui doivent leur existence à l’aéroport  se sont installées; des communes proches se transforment en lieux d’habitation pour les 10 000 personnes travaillant à l’aéroport ; c’est la raison pourquoi des entreprises de transport et des petites et moyennes entreprises s’y sont implantées, profitant du fret aérien ; des stations services, des entreprises de taxi, de la restauration, divers prestations de services, des hôtels proposant des espaces pour des congrès, des spa et des espaces de loisirs sont accessibles depuis la route de l’aéroport ; d’importantes entreprises ont déplacés leur succursales à proximité de l’aéroport. En conséquence, la circulation s’est intensifiée entre l’aéroport et les communes avoisinantes qui forment une nouvelle unité, la « ville – aéroport » régionale, décentralisée avec l’aéroport comme point de référence central.

La « ville – aéroport » de Munich unit « tradition » et « modernité » pour former un ensemble. Si dans l’aéroport une apparence moderne prévaut, les hôtels, les restaurants, les services dans les communes des alentours proposent sciemment une image folklorique qui, lors d’une escale, invite au charme d’un monde opposé proposant en même temps le confort des connexions numériques.

C_ La « ville – aéroport » sphérique et virtuelle

Par le téléphone portable et l’avion, le monde se construit aujourd’hui en une journée ou du moins dans un laps de temps extrêmement court. 

Si on associait à chaque passager les dix dernières heures de vols effectuées sur les routes aériennes comme une pensée visible et scintillante, alors le monde entier serait visible dans l’aéroport.

 

Ingrid Krau

Publié dans mobilités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article