Journal intime d'une ménagère spatiale névrosée.

Publié le par A_A

Découvrirons-nous un jour une forme de vie extraterrestre dans l'espace ?
La réponse est presque certainement : "Oui - en l'an 2022. Elle aura trente cinq ans, sera de sexe féminin, originaire de Pasadena, Düsseldorf ou Yokohama, mariée à un astrophysicien ; elle adorera Doris Lessing et David Hockney et vivra dans un cylindre métallique de dix kilomètres de long à mi-chemin entre notre planète et la Lune."

[...] Des fenêtres grandes comme des champs de blé laissent entrer un soleil infatigable qui fournit une énergie illimitée, et Judith, notre ménagère spatiale, trouve qu'elle n'a pas grand-chose à faire, à part s'allonger sur le balcon de son appartement et bronzer sous la chaude lumière de cet intense solarium. [...]

Judith est quand même heureuse d'être ici et elle tolère les petits inconvénients de ce monde vide d'événements et rempli de soleil. Il arrive que les moteurs qui ont originellement mis le satellite en rotation et créé sa gravité artificielle tombent en panne - et tout le contenu de l'appartement s'envole par les fenêtres. 

Judith a même laissé passé vingt-quatre heures malencontreusement suspendue dans le vide à cent mètres au-dessus de chez elle lorsqu'elle s'est élancée un peu trop énergiquement vers la fenêtre de sa chambre pour rattraper son sac à main.

Trois ans après l'arrivée de Judith sur Croydon Quatre, son journal intime révèle les premiers signes d'un malaise insidieux, cette sinistre combinaison d'ennui, d'apathie et d'amour-propre qui au siècle dernier, affectait les colons norvégiens installés au dessus du cercle polaire arctique. 

Lassée de la télévision et de l'interminable série de jeux vidéo personnalisé taillés sur mesure pour elle - pendant un mois de délire, elle a gagné un concours de beauté local trente et une fois de suite (ses propres mensurations avaient été définies comme l'idéal à atteindre) - Judith s'est mise à fréquenter la terrase d'observation au sous-sol de son immeuble.
Elle scrute l'espace des heures durant et regarde défiler sur leurs orbites les autres satellites - Croydon Cinq, Hammersmith et Tooting. Comme il fait toujours nuit sur la terrasse d'observation, Judith ne tarde pas à perdre son bronzage et à montrer les premiers signes du mal de l'espace. [...]

 

 

J.G. Ballard, Millénaire mode d'emploi, Tristram 2006, p. 271-273

Publié dans utopies

Commenter cet article