" Prochain arrêt, plate-forme aéroportuaire Toulouse-Blagnac… "

Publié le par A_A



    La voix féminine du tramway nous annonce notre arrivée prochaine à l’aéroport. Avec ma nièce de dix ans, nous sommes montées dans le nouveau tramway toulousain à la gare Matabiau pour nous rendre à l’aéroport où nous prenons l’avion pour Lisbonne. Ma nièce est complètement excitée à l’idée de prendre l’avion. Il faut dire que mes récits ont éveillé en elle une grande curiosité impatiente !

Nous venons de passer en fait le parc du Ritouret et nous franchissons le périphérique pour atteindre l’aéroport. Oh ! Regarde sur la gauche un avion qui décolle !

Le tramway s’engouffre dans un grand volume massif, la gare multimodale, et nous dépose avant de continuer sa boucle autour de l’aéroport pour déposer les salariés des différents sites d’activités alentours. Le tramway est d’ailleurs bien rempli à cette heure matinale. 

Là c’est un enchantement de matière et de lumière. De grandes failles dans l’épaisseur des murs laissent pénétrer les rayons du soleil et entrevoir les extrémités des pistes, là où les avions arrivent d’un côté ou se mettent en place pour le décollage. Aujourd’hui, les avions décollent vers le Sud-ouest. Ma nièce n’en finit plus de regarder de part et d’autre à chercher tous les endroits possibles d’où on peut apercevoir un avion, ne serait-ce qu'une partie !

Mais avant d’entrer dans l’aérogare, nous devons rejoindre mon frère qui arrive de Paris par le TGV.
Il faut se rendre deux quais plus loin en nous pressant un peu, le train arrive d’ici cinq minutes. Nous sommes nombreux à attendre ce train sur le quai, dont beaucoup de professionnels « costume-cravate ». Le train repart en effet d’ici trois-quarts d’heures vers Paris. 

Le train arrive enfin. Explosion de joie ! Il arrive à toute vitesse et s’enfonce dans la gare comme un serpent dans sa tanière. Tous les trois réunis, nous voilà prêts pour embarquer. Nous empruntons les passerelles reliées au Hall B, surplombant un parc dans lequel se sont posées des personnes, attendant sûrement leur départ. On y voit des enfants qui jouent avec de grandes structures gonflables aux couleurs vives. Puis trois hôtesses, sur un banc, se racontant leur dernier voyage.
Cet espace résonne comme une bulle paisible où quelques grands arbres viennent frôler les passerelles comme pour nous imposer un temps d’arrêt avant de partir, loin d’ici. Ce que fait un couple d’ailleurs en nous demandant de les prendre en photo avant leur départ. Entrés dans le hall, nous nous dirigeons vers les écrans d’embarquement, le début d’un enchaînement d’étapes. Ma nièce me lâche la main et court, elle a repéré un coin d'où on peut voir les pistes !


Marion Vaissière 


 

Publié dans anticipations

Commenter cet article