L’aéroport, nouveau parc urbain.

Publié le par A_A

16 mars 2012. Le printemps arrive, il commence à faire de plus en plus beau. Le ciel est dégagé, bleu, clair, pas un nuage. Pourquoi ne pas aller faire un tour vers l ‘aéroport ? On m’a dit que s’y promener était devenu agréable. Quelle drôle d’idée ? Qu’est ce qu’il y a à voir là-bas ??
La curiosité m’y amène.
Le tramway vient d’être mis en service, bonne occasion pour l’inaugurer à mon tour. Je prend donc un « vélo Toulouse » et me dirige vers les Arènes pour prendre le tramway. Le trajet est agréable et silencieux, j’ai le temps de regarder autour de moi. Dix minutes plus tard j’arrive à Blagnac, je décide de faire un détour par le parc du Ritouret  avant de prendre la ligne de tramway qui amène jusqu'à l’aérogare, je ne suis pas le seul. J’aperçois beaucoup de personnes qui arrivent par l’autre coté du parc. Cela m’intrigue, d’après mes souvenirs le périphérique marque la limite du parc.
Surprise. Le parc franchit le périphérique.
J’arrive sur un grand espace aménagé, je perçois l’aéroport dans le fond. Des gens prennent des vélos, d’autres sont transpirants et ont l’air de faire une pause alors qu’un groupe de jeunes sort de l’une de ces boutiques à la mode.
Des gens se dirigent vers la station de tramway, tandis que d’autres s’engouffrent dans le sol avec leurs valises. ils doivent sûrement prendre le métro qui vont les amener directement à nouvelle gare TGV à Matabiau.
Il est presque midi, mon ventre me rappelle à l’ordre.  Je m’assois à une terrasse près d’un groupe de d’hommes d’affaire qui travaillent probablement dans l'un de ces innombrables immeubles de bureaux.
Des panneaux m’indiquent un espace d’accueil et de renseignement où je pourrai trouver un plan du site. N’étant pas très sportif, je décide de prendre un vélo et démarre mon parcours. Des panneaux m’indiquent certaines zones où l’on a directement vue sur les pistes : j’aime regarder le ballet des avions qui décollent et atterrissent. Je ne suis pas le seul. La lumière est belle. Je remarque un joggeur qui fait une pause en s’étirant les yeux tournés vers les pistes. Je me rends de l’autre côté des pistes, vers Colomiers en suivant la piste cyclable. Je croise beaucoup de joggeurs et de cyclistes qui suivent le parcours sportif qui a été aménagé mais aussi des enfants et leurs parents ébahis devant la grandeur des hangars d'Airbus.
Il est dix-sept heures moins le quart et je décide de m’arrêter faire quelques emplettes avant de rentrer par le nouveau métro. Je regagne la grande place et m’engouffre dans le sol. J'entre alors dans le monde de la voiture : le va et vient des taxis  alterne avec celui des bus . Je me rends compte que les utilisateurs sont exclusivement des gens qui travaillent autour de l’aéroport ou des voyageurs. L’ambiance est différente.
Dix sept heures, j’arrive à destination. Dix minutes m’ont suffit pour regagner le centre ville de Toulouse et rentrer chez moi.

Jérôme Iribarren


 

Publié dans anticipations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article