Individu, ville et utopie

Publié le par A_A

On peut dire sur le rapport individu, ville et utopie, que c'est la société d'individus qui est en train de se généraliser. La contre-utopie radicale a constitué la négation de l'utopie et donc a substitué à la communauté un individu seul, libre, mais aussi incertain. Alain Erhenberg a écrit des choses très pertinentes sur la diffusion du sentiment de l'individualité dans la société contemporaine. "La vie, écrit-il, était vécue par la plupart des gens comme un destin collectif, elle est aujourd'hui une histoire personnelle".

Dominique Rouillard, "L'invention de l'interactivité urbaine" in anomalie digital_arts n°6 : Interactive cities, Editions Hyx, Paris , 2007. p.34


Publié dans utopies

Commenter cet article