Un aller retour

Publié le par A_A



Lundi 26 janvier 2009

20h30 : Départ.
Notre avion part a 21h15, le terminal de l’aéroport de Blagnac semble calme, quelques arrivées et quelques départ, rien à voir avec la cohue des heures de pointes. Pas de bagages à enregistrer, direction la salle d’embarquement. Nous sommes dirigés sur la partie basse de l’aérogare, la salle est vide,nous sommes seuls.
21H05 : Embarquement. 
Il commence, nous sommes en tout et pour tout huit personnes. Des questions se posent : pourquoi si peu de passagers ? Quel type d’avion allons nous prendre ? 
Le bus démarre est nous dépose sur les pistes près de l’engin volant qui doit nous amener à Munich. 
L’avion a l’air bien, nous montons. La sensation est bizarre, l’avion est pour nous, on a l’impression d’être dans un jet privé. Le vol se passe bien et nous goutons déjà à la bière allemande. 
23h00 : Arrivée. 
Nous sortons de l’avion et nous découvrons le terminal 2 de l’aéroport de Munich. Même sensation, l’aéroport est vide, pas un bruit, pas un chat. Nous découvrons alors ces lieux gigantesques et lumineux. Puis nous rejoignons l’impressionnant atrium couvert. 
Nous regagnons l’intérieur afin d’attendre notre guide local, spécialiste de Munich et surtout de la bière allemande, je veux parler de notre charmante Flora. Notre œil d’architecte se pose, nous commençons déjà à calculer les portées, analyser le fonctionnement. Nous déambulons seuls dans cet immense espace offert à nous. 
23H30 : Flora arrive.
Les vacances commencent.

Samedi 30 janvier

6H00 : Retour de soirée.
Difficile ; mal aux pieds, mal à la tête, mal partout, fatigué et stress du départ. Il ne faut pas que nous rations notre vol. Le Uban nous amène directement à l’aéroport.  
7H30 : Départ. 
On pénètre péniblement dans le terminal, fatigué et surtout distrait, le moindre petit incident nous fait rire.
Nous ne sommes pas enregistrés, on cherche une borne.
Panique.
Ça ne fonctionne pas.
7H40 : Essai sur une autre borne. 
Echec
7H45 : Nouvel essai. 
Echec.
7H50 : Nouvel essai (sur une nouvelle borne).
Echec.
7H55 : Nous demandons de l’aide.
8H00 : L’aide a porté ses fruits. 
Nous avons nos billets.
8H10 : La queue d'embarquement. 
On râle, on se plaint. Toujours aussi fatigué. On s’endort dans la salle d’embarquement.
8H50 : L’embarquement. 
Nous ne sommes qu’une vingtaine.
11H00 : Arrivée à Toulouse. 

Trou noir.
On a rien vu du voyage, ni décollage ni atterrissage. 

C'est la première fois que je vole en état d'ivresse.

Jérôme IRIBAREN 



 


Commenter cet article